Fouesnant : Terre d'Océans

Fouesnant : c’est la mer à la campagne

Mousterlin
Mousterlin
La campagne offre différents types de paysages : la partie sud a un relief régulier descendant en pente douce vers la mer : Beg-Meil, Mousterlin, et la Mer Blanche à la limite de Bénodet, descendant de manière plus brutale et plus tourmentée vers les limites de La Forêt-Fouesnant.
Le bocage, ses chemins creux bordés de chênes et châtaigniers forment un abri idéal pour les vergers de pommiers. Randonnée, découverte de la nature, à Fouesnant-Les Glénan, la nature est reine. Au détour d’un chemin creux, à pied ou à vélo, vous débouchez sur un marais littoral ou un polder. Entre deux pointes rocheuses, les cordons dunaires, plages de sable fin, se déroulent à perte de vue. 150 km de sentiers balisés, décrits dans un topoguide, vous permettent de découvrir une nature particulièrement protégée. En période de vacances scolaires, des sorties nature accompagnées sont organisées.
Fouesnant est une commune côtière (17 kilomètres de côtes), campagnarde (surface de plus de 3000 hectares !) et insulaire. Elle occupe la côte ouest de la baie de La Forêt et ses plages, de Cap-Coz à Bénodet, ferment la grande baie qui s'ouvre de la Pointe de Trévignon à l'est au Pays Bigouden à l'ouest.
Elle comprend quatre ensembles urbanisés : le centre-ville (le " bourg " traditionnel et ses extensions), la station du Cap-Coz, qui ferme partiellement la baie de La Forêt, et délimite l'anse de Penfoulic; la station de Beg-Meil, face à Concarneau, faite d'une pointe rocheuse, de criques et de dunes. Ces stations ont commencé leur développement à la fin du dix-neuvième siècle. Moins important par sa population, le village de Mousterlin s'est développé plus récemment autour de maisons de pêcheurs. La partie nord de la commune est moins urbanisée. Elle comprend cependant, à un kilomètre du centre-ville, le village de Sainte-Anne autour d'une belle chapelle éponyme du dix-septième siècle.
Certains chemins de campagne se sont transformés en rues protégées par des talus, entre des vergers et des champs où se sont construits habitations permanentes et résidences secondaires. C'est " la ville à la campagne " que souhaitait Alphonse Allais...

 

Le nautisme : une des activités phares de Fouesnant

Baie de Port la Forêt
Baie de Port la Forêt
À terre ou sur les îles, plusieurs centres initient aux activités nautiques et subaquatiques dans les trois stations : Beg-Meil, Mousterlin, le Cap-Coz et sur l’archipel des Glénan.
De Cap-Coz à Mousterlin en passant par Beg-Meil, les grandes plages de sable blanc, exposées plein sud, alternent avec les petites criques romantiques. Peut-on rêver plus beau que ces 17 kilomètres de plage de sable fin presque toutes orientées au sud, que ces criques isolées faisant face à l’Archipel des Glénan, le joyau de la station, formant un véritable lagon qui a été reconnu site naturel classé par le décret du 18 octobre 1973.
Les côtes sont très variées : falaises (du Cap-Coz à Beg-Meil),vasière (anse de Penfoulic), étangs (Penfoulic), lagunes abritées et marais (entre Beg-Meil et Mousterlin), mer intérieure et polder(Mer Blanche entre Mousterlin et Bénodet), dunes, pointes rocheuses (Beg-Meil, Mousterlin, Cap-Coz)...

 

Une longue tradition de l'accueil touristique

Beg Meil

la grande plage de Beg Meil
la grande plage de Beg Meil
Classée parmi les toutes premières stations touristiques de Bretagne, Fouesnant doit son essor essentiellement à Beg-meil qui, depuis une époque lointaine (1880-1890) a attiré une clientèle nombreuse composée de français, d'américains, de suisses et plus tard d'anglais.
Beg-meil, l'une des stations les plus prisées de l'époque accueillera, Harrison, Paiscotto, Sophie Olivier, artistes peintres; Reynaldo Hahn, musicien; Proust, écrivain; le roi d'Egypte, Sarah Bernhardt et plus récemment Monsieur et Madame Pompidou ou encore des artistes de théâtre et de cinéma tels Fabrice Luchini, Carole Bouquet ou Jacques Weber.
Les falaises rocheuses de Beg-Meil sont surmontées de "dunes perchées" qui furent plantées aux alentours de 1900. Grâce à un sous-sol de terre à quelques mètres sous le sable, les pins et cyprès atteignirent rapidement une très grande taille malgré les tempêtes et la proximité de la mer. Cette magnifique pinède est largement responsable de la notoriété de Beg-Meil sur le plan touristique.
Malgré les efforts entrepris depuis plus de 4 ans, le paysage d'aujourd'hui est triste pour ceux qui ont connu Beg-Meil avant l'ouragan du 17 Octobre 1987. Le bilan est catastrophique et inimaginable puisque la pinède a été entièrement détruite en l'espace d'une nuit.
De surcroit, les replantations effectuées depuis ont dû affronter des années de grande sécheresse. L'investissement réalisé par la commune et l'ONF est considérable et commence malgré tout à payer. Mais il faudra plusieurs dizaines d'années pour reconstituer une végétation haute. Quoiqu'il en soit, les Fouesnantais ne retrouveront jamais la pinède qui faisait leur fierté parce que les plantations actuelles mélangent plusieurs essences de résineux et de feuillus. En effet, un malheur n'arrivant jamais seul, les chenilles processionnaires déciment tous les pins et interdisent d'envisager la reconstitution du paysage à l'identique.

 

Le Cap Coz

Carte de Cap-Coz
Carte de fouesnant
Le Cap-Coz (Vieux Cap) est un étroit cordon de sable qui se termine à l'Est par un petit îlot rocheux. Son profil a très sensiblement varié depuis 1840 sous l'effet de modifications successives de la dynamique des houles.
En effet, si le cadastre de 1840 dessine le Cap-Coz en trait continu, une carte de l'Atlas du Ministère de l'Intérieur levée entre 1850 et 1880 montre que le Cap-Coz s'est rompu et qu'il n'est plus relié au continent.
Un autre plan des Archives Départementales, montre avec certitude que le cordon était en fait reformé en 1878. Cette émersion du Cap-Coz serait la conséquence de la modification de l'hydraulique par les endigages réalisés à Penfoulic. La vieille digue (1840) et la grande digue (1871) seraient les principales responsables de la consolidation du Cap-Coz. En soustrayant un important volume d'eau à la chasse de marée descendante, elles ont diminué l'érosion. Le sable s'est alors déposé pour engraisser la barre encore immergée qui était en train de se construire par l'action de la houle. Ce phénomène s'est auto-amplifié pour aboutir à la reconstitution du Cap-Coz.
L'abri ainsi formé au Nord de la barre sableuse a favorisé le dépôt de la vase pour constituer un milieux particulièrement riche sur le plan écologique.
Le Cap-Coz qui ferme la Baie de la Forêt est très protégé des vents dominants par la Pointe de Beg-Meil. Il reste en revanche très exposé aux vents de Sud et Sud-Est. Ainsi, il n'est pas rare encore aujourd'hui que les eaux passent par dessus le cordon à l'occasion de fortes tempêtes d'hiver.

 

La Forêt Fouesnant

la forêt fouesnant
La Forêt Fouesnant
Au détour de ses chemins champêtres ou le long de ses sentiers côtiers, vous découvrirez son vieux port, témoin d'une activité maritime ancestrale, et sa majestueuse église de granit. Sa plage de sable fin abritée des vents est propice à la baignade.
Côté terre
En toutes saisons, vous pourrez découvrir le patrimoine architectural et profiter de la visite commentée de l'église, véritable petite cathédrale bretonne du XVIème siècle.
Terre de balades : Le temps d'une randonnée, chaussez des chaussures adéquates, munissez-vous de la carte de randonnées et savourez les innombrables facettes de cette petite station unique alliant le charme de la campagne et le souffle de la mer.
A chacun sa randonnée : balade nocturne commentée ou contée, sortie nature…
La Forêt Fouesnant sauce gourmande
Reconnu et plusieurs fois médaillés pour la richesse du terroir qu'ils représentent, le cidre de Fouesnant est la spécialité locale à ne pas manquer. Allez visiter l'entreprise artisanale d'un des meilleurs producteurs de cidre de France. Au cours de la visite commentée, vous découvrirez les différentes étapes de la fabrication avant de faire une balades explicatives dans les vergers.
Profitez de cette escale gourmande pour apprécier et déguster les saveurs iodées de la gastronomie de la mer : huîtres, moules, crustacés, fruits de mer, poissons. Retrouvez l'authenticité de nos produits chez nos restaurateurs autour de menus conjuguant originalité et traditions.
Côté mer
Port d'embarquement pour l’archipel des Glénan, vous pourrez soit vous prendre pour un grand marin d’un jour en montant à bord du voilier « Sorhenn », sensations fortes garanties sur ce véritable pur sang des mers, soit levez l'ancre à bord de « l'Aigrette » pour une escale insulaire. Suivez " le Capitaine Némo " et partez explorer en vision-sous marine faune et flore aquatiques, richesse naturelle et exceptionnelle reconnue et appréciée des plongeurs.
Cadre idéal pour les activités nautiques : Profitez des vacances pour vous jeter à l'eau !
Le centre nautique et l'école de croisière vous propose toute l'année un panel d'activités (catamaran, kayak, planche…) autour de stages d'initiation, de perfectionnement, de cours particuliers ou de location.

 

Port la Forêt

Port la Forêt
Port la Forêt
Port La Forêt abrite plus de 1000 bateaux au fond de la baie de la Forêt, face aux Îles Glénan, dans un site naturel exceptionnel et très protégé. Port La Forêt est situé près du bourg de la Forêt Fouesnant, près de Concarneau et de Quimper ; Port la Forêt est aussi le centre d'entraînement national à la course au large et le port d'attache de nombreux skippers renommés (Le Cam, Desjoyeaux, Cammas, ...), les héros du Vendée Globe et de la solitaire du Figaro.
Le port de plaisance
Port de plaisance par excellence, la Forêt-Fouesnant compte quelques petits bateaux de pêche.
Lorsque vous ferez escale à Port la Forêt, ne passez pas à côté des bons gâteaux et du bon pain, des bons produits de l'épicerie Le Berre, à 1km du port, 2 route de la plage - Beg Menez - à La Forêt Fouesnant (02-98-56-97-39)
Si le village, blotti au fond de son anse donne un petit cachet à l'endroit, le port de plaisance est assez éloigné de tout sauf en cas de problème technique où vous trouverez tous les professionnels qualifiés. A noter qu'ici il y a un des meilleurs, sinon le meilleur centre d'entraînement de navigation en solitaire de toute la côte sud Bretagne. Les entrainements d'hiver sur Figaro solo sont devenus très réputés. En 2004 parmi les 10 premiers de la solitaire du Figaro, 7 skippers avaient suivi les trainements d'hiver de Port la Forêt.
La capacité du port est de 1010 places (dont 50 sur bouées) avec 100 places visiteurs.